Feuille de calcul :Capacité d'autofinancement

Rédigé par des auteurs spécialisés PagesJaunes

Sommaire

À quoi sert ce modèle de contrat ?

Pour financer son activité, l’entreprise peut disposer de ressources externes, telles que :

  • les augmentations de capital ;
  • les subventions d’investissement ;
  • les emprunts bancaires.

Mais elle peut aussi se financer grâce à des ressources internes, c’est-à-dire par ses propres moyens. C’est ce qu’on appelle l’autofinancement. La capacité d’autofinancement (CAF) reflète le potentiel de trésorerie susceptible d’être dégagé par l’activité courante de l’entreprise.

Il ne faut pas la confondre avec le solde réel que l’on peut retrouver dans le plan de trésorerie, car l’entreprise doit faire face à des décalages de trésorerie dus aux délais de paiement des clients et des fournisseurs.

Le calcul de la capacité d'autofinancement est un indicateur très important du potentiel de financement de l’entreprise car il s’agit du montant disponible pour :

  • investir ;
  • rembourser ses dettes financières ;
  • financer l’activité courante de l’entreprise ;
  • verser des dividendes à ses actionnaires.

La capacité d’autofinancement est égale à la différence entre les produits encaissables et les charges décaissables liés à l’activité de l’entreprise, c’est-à-dire les recettes et les dépenses qui donnent lieu à des entrées et des sorties d’argent.

On exclut ainsi les dotations aux amortissements et aux provisions qui sont des calculs comptables ainsi que les reprises sur amortissements et provisions.

On exclut aussi les produits de cession de l’actif immobilisé, que l’on retrouve dans la ligne « Produits exceptionnels sur opérations en capital », et la valeur comptable des éléments d’actif cédés, que l’on retrouve dans la ligne « Charges exceptionnelles sur opérations en capital ».

Un produit de cession d’élément d’actif correspond au prix de vente d’un bien immobilisé. Par exemple, du matériel de transport servant à faire des livraisons dont vous n'avez plus l'utilité et que vous cherchez à vendre parce que vous avez besoin de trésorerie.

La valeur comptable de l’élément d’actif correspond à sa valeur nette, c’est-à-dire sa valeur d’origine que l’on a diminué chaque année du montant de l’amortissement, pour prendre en compte la perte de valeur liée à l’usage ou à l’obsolescence du matériel.

Bien que le produit de cession soit un encaissement réel, on ne le prend pas en compte dans le calcul car ce ne sont pas des opérations de gestion courante, mais des opérations exceptionnelles.

On ne pourrait alors pas comparer les capacités d’autofinancement entre deux années consécutives.

Notice : Capacité d'autofinancement

Pour calculer votre capacité d’autofinancement, vous devez renseignez les cases dans le tableur en reprenant les chiffres que vous trouverez dans votre liasse fiscale ou dans votre compte de résultat prévisionnel.

Le calcul de la capacité d'autofinancement est égal :

  • au résultat net de l’exercice ;
  • plus les dotations aux amortissements et provisions :
    • d’exploitation ;
    • financières ;
    • exceptionnelles ;
  • moins les reprises sur amortissements et provisions :
    • d’exploitation ;
    • financières ;
    • exceptionnelles ;
  • plus la valeur nette comptable des éléments d’actif cédés ;
  • moins les produits de cession des éléments d’actif cédés.

Feuille de calcul

Capacité d'autofinancement en PDF

Pour transformer votre modèle de contrat « Feuille de calcul » en PDF, utilisez le logiciel de traitement de texte gratuit LibreOffice ou OpenOffice, qui permet de faire directement la conversion de word à PDF. Si vous utilisez une version récente de Word, vous pouvez aussi créer un PDF avec la fonction « enregistrer sous ».